KANAMASTE

L’Histoire du cannabis

Pour certains, c’est le “médicament de transition” classique, pour d’autres, c’est un moyen inoffensif de se détendre ou de soulager une douleur invalidante. Quel que soit le point de vue, et, quel que soit le nom qu’on lui donne (marijuana, haschich, weed, beuh, ganja, pillon…), le cannabis suscite le débat à tous les niveaux, et l’effet qu’il a sur les cultures et l’économie de chaque coin du globe est indéniable. Si vous désirez en savoir davantage sur l’histoire du cannabis et son évolution au fil des années, lisez plutôt cet article.

L’origine du cannabis

La plante de cannabis (chanvre) trouve ses origines au nord de la Chine à l’aube de la civilisation (8000 av J.C) et est considérée comme la première plante à fibres cultivée. Le premier enregistrement archéologique de l’utilisation de fibres de cannabis se trouvait en Chine il y a douze mille ans. L’archéologue a déterré un ancien site néolithique à Yuan Shan, et parmi les restes déterrés figurait de la poterie avec des marques de corde de chanvre dessus ainsi qu’un batteur de pierre en forme de tige, utilisé pour pilonner le chanvre.

Le cannabis était utilisé pour fabriquer des articles tels que des filets de pêche, des cordes, des vêtements et du papier. Les chercheurs pensent que les Chinois ont inventé le papier de chanvre. Les graines de cannabis étaient utilisées pour l’alimentation, tout comme l’huile de cannabis, en Chine. Trouver l’utilisation et la culture du chanvre dans cette plage de dates fait du cannabis l’une des premières et des plus anciennes cultures agricoles humaines connues.

Comme expliqué par Richard Hamilton dans l’article 2009 du Scientific American sur l’agriculture durable, les humains modernes ont émergé il y a environ 250 000 ans, mais l’agriculture est une invention assez récente, vieille d’environ 10 000 ans seulement. L’agriculture n’est pas naturelle, c’est une invention humaine. C’est aussi la base de la civilisation moderne. Ce point a également été abordé par Carl Sagan en 1977 lorsqu’il a proposé la possibilité que la marijuana ait été en fait la première culture agricole au monde, conduisant au développement de la civilisation elle-même.

La première utilisation du cannabis

La première utilisation connue du cannabis pour ses propriétés médicinales remonte à la Chine ancienne soit 2900 ans avant notre ère. L’empereur chinois Fu Hsi fut un des premiers à officiellement faire référence à “Ma”, le mot chinois pour cannabis, notant que le cannabis était une solution médicale très populaire qui possédait à la fois le yin et le yang.

A la suite de Fu Hsi, plusieurs autres empereurs chinois référenceront la marijuana à travers des traités liés à la médecine traditionnelle. Le cannabis se verra ainsi attribuer des propriétés « curatives ».

La découverte des propriétés curatives du cannabis

L’empereur chinois Chen Nung aurait découvert les propriétés curatives du cannabis ainsi que celles de deux autres piliers de la phytothérapie chinoise, le ginseng et l’ephedra. C’était 2700 années avant notre ère. L’accent était mis sur ses pouvoirs en tant que médicament contre :

  • Les rhumatismes ;

  • Les problèmes menstruels ;

  • La goutte ;

  • Le paludisme ;

  • La distraction.

L’empereur est considéré comme le père de la médecine chinoise et le patron de tous les herboristes et apothicaires. Il est l’auteur de The Great Herbal alias Pen T’sao. Ce livre qui, bien que probablement modifié par rapport à sa version originale, est toujours utilisé aujourd’hui par les praticiens de la médecine traditionnelle chinoise.

L’histoire du cannabis en Inde

Le cannabis a une longue histoire en Inde, voilée de légendes et de religion. La première mention du cannabis a été trouvée dans les Vedas, ou textes sacrés hindous. Ces écrits peuvent avoir été compilés dès 2000 à 1400 av. Les Védas appellent le cannabis une source de bonheur, un donneur de joie, un libérateur qui a été donné avec compassion aux humains pour nous aider à atteindre le plaisir et à perdre la peur.

Des textes anciens de l’Inde déclarent que les propriétés psychoactives de la plante étaient reconnues, mais les médecins utilisaient toujours la plante pour aider à traiter une gamme de maladies. Certaines des affections pour lesquelles le cannabis a été utilisé comprennent les douleurs, l’insomnie, ainsi que de nombreux troubles gastro-intestinaux.

Le bhang (feuilles, graines et tiges de cannabis séchées) est mentionné dans le texte sacré hindou Atharvaveda (Science des charmes) comme « l’herbe sacrée », l’une des cinq plantes sacrées de l’Inde. Il était utilisé en médecine et rituellement comme offrande à Shiva. Le cannabis était utilisé à des fins médicales et religieuses dans l’Inde ancienne. Le bhang, une boisson au cannabis généralement mélangée à du lait, est utilisé comme anesthésique et anti-flegmatique en Inde.

Shiva « The Lord Of Bhang », cette appellation montre que le dieu hindou Shiva est fréquemment associé au cannabis, appelé Bhang en Inde. Selon la légende, Shiva s’est égaré dans les champs après un discours de colère avec sa famille. Vidé du conflit familial et du soleil brûlant, il s’endormit sous une plante feuillue. À son réveil, sa curiosité l’a amené à goûter les feuilles de la plante. Instantanément rajeuni, Shiva a fait de la plante sa nourriture préférée et il est devenu connu sous le nom de « Seigneur de Bhang ».

L’histoire du cannabis en Afrique

Vers 2000 avant notre ère, les anciens Égyptiens utilisaient le cannabis pour traiter les yeux douloureux. Les prescriptions de cannabis dans l’Égypte ancienne comprennent le traitement des yeux (glaucome), l’inflammation et le refroidissement de l’utérus, ainsi qu’une administration sous forme de suppositoire pour traiter les hémorroïdes. Le papyrus Ebers (du nom de l’égyptologue allemand qui l’a acheté à Thèbes en 1873), est l’un des papyrus médicaux les plus anciens et les plus importants de l’Égypte ancienne.

Le papyri Ebers suggère un certain nombre de remèdes, notamment du maïs moulu, du céleri moulu dans du lait de vache et du cannabis moulu dans du miel. Les autres papyrus de l’Égypte ancienne mentionnant le cannabis médical sont le papyrus Ramsès III (1700 av. J.-C.), le p

apyrus de Berlin (1300 av. J.-C.) et le papyrus médical Chester Beatty VI (1300 av. J.-C.). Du pollen de cannabis a été trouvé sur la momie de Ramsès II, décédé en 1213 avant notre ère. Au 13ème siècle, le cannabis se répandra plus tard dans toute l’Afrique, de l’Égypte à l’Éthiopie, puis au Mozambique.

L’introduction du chanvre en Europe du Nord

On pense que le cannabis (chanvre) a fait son chemin vers l’Europe du Nord via les Scythes, un grand groupe de nomades eurasiens iraniens, qui ont créé ce qui a été appelé le Premier Empire nomade d’Asie centrale. Le célèbre historien grec Hérodote a été le premier à enregistrer des rapports sur l’utilisation rituelle et récréative du cannabis par les Scythes (Herodotus The histories 430 B.C. trans. G. Rawlinson).

Il révèle que les Scythes prenaient alors la graine de κάνναβις (kannabis) et, rampant dans les tentes, la jetaient sur les pierres chauffées au rouge, où elle couvait et émettait de telles fumées qu’aucun bain de vapeur grec ne pourrait la surpasser. Les Scythes hurlent de joie au bain de vapeur.

Une tombe découverte à la fin des années 1940, à Pazyryk, au nord-ouest des montagnes Tien Shan dans le Kazakhstan moderne était celle d’un couple scythe, enterré avec deux petites tentes couvrant des conteneurs pour brûler de l’encens. Attaché à un bâton de tente se trouvait une pochette en cuir décorée contenant des graines de cannabis sauvages. Cela correspond étroitement aux histoires racontées par Hérodote.

Le cannabis en Espagne : 800-900 avant notre ère

Le cannabis était utilisé en médecine dans le monde arabe à l’époque romaine, appliqué à une grande variété de maux (des migraines à la syphilis) et comme analgésique et anesthésique. Le grand médecin islamique du IXe siècle, Rhazès, l’a largement prescrit. Un contemporain, le médecin arabe Ibn Wahshiyah, a mis en garde contre les effets potentiels du haschich qui, selon lui, était un poison mortel.

Pendant “La bataille de Talas”, il y a eu un engagement militaire entre les forces musulmanes contre la dynastie Tang de Chine. Les deux forces se sont rencontrées dans la vallée de la rivière Talas pour se disputer le contrôle d’une vaste région d’Asie centrale. La bataille fut une défaite pour la dynastie Tang et marqua la fin de l’expansion territoriale de la Chine vers l’ouest, entraînant le contrôle musulman de l’historique « Route de la soie » pour les quatre cents prochaines années.

La bataille de Talas est un événement clé dans l’histoire du cannabis (chanvre), car de nombreux historiens pensent que les prisonniers chinois capturés au lendemain de la bataille ont divulgué les secrets de la technologie chinoise de fabrication du papier aux musulmans maures, où elle se serait finalement propagée en Europe. D’une forme d’art, les Maures ont pu développer la fabrication du papier en une industrie majeure utilisant du cannabis (chanvre) et des chiffons en lin comme source de fibre.

Le cannabis cité dans un texte médical romain

Pedanius Dioscoride (vers 40-90 apr. J.-C.), un médecin grec qui était un médecin de l’armée romaine et qui a beaucoup voyagé lors de campagnes à travers l’Empire romain, a étudié de nombreuses plantes, rassemblant ses connaissances dans un livre qu’il a intitulé De Materia Medica (sur les questions médicales). Publié vers 70 apr. J.-C., il est devenu le tome médical le plus important des 1500 années suivantes.

Le cannabis, à la fois kannabis emeros et kannabis agria, le mâle et la femelle, y étaient irréfutablement inclus. Dioscoride a déclaré sans ambages que la plante utilisée dans la fabrication de la corde produisait également un jus utilisé pour traiter les maux d’oreille et supprimer le désir sexuel.

Le chirurgien chinois Hua Tuo utilise de la résine de cannabis et du vin comme anesthésique

Le premier chirurgien chinois Hua Tuo (vers 140-208) est considéré comme la première personne enregistrée à avoir utilisé du cannabis comme anesthésique. Il a réduit la plante en poudre et l’a mélangée avec du vin pour l’administrer avant de procéder à une intervention chirurgicale. Hua Tuo a également effectué des interventions chirurgicales telles que « greffes d’organes, résection des intestins, laparotomies (incisions dans le rein) et thoracotomies (incisions dans la poitrine).

Le terme chinois pour « anesthésie » (mázui) signifie littéralement « intoxication au cannabis ». En plus d’être respecté pour son expertise en chirurgie et en anesthésie, Hua Tuo était célèbre pour ses capacités en acupuncture et en phytothérapie.

Le cannabis à l’âge d’or de la voile

Au Moyen Âge, l’Europe est entrée dans une période de colonialisme sans précédent. Pendant cette période, des voiles, des cordages et des cordages fabriqués à partir de cannabis (chanvre) commencent à apparaître sur les navires italiens. Finalement, les voiles de chanvre remplaceraient les voiles de lin alors que les constructeurs de navires commençaient à se rendre compte que les voiles de lin commençaient à pourrir après 3 mois ou moins à cause des embruns salés de l’océan.

L’adoption européenne du lateen (voile triangulaire) à la fin du Moyen Âge a rendu les navires plus maniables, permettant ainsi aux marchands de sortir de la Méditerranée et de se rendre dans l’océan Atlantique. Introduite pour la première fois par les nations méditerranéennes puis copiées et améliorées par l’Europe occidentale, la voile lattée est une innovation qui allait changer le cours de l’histoire. Après la voile triangulaire, les galions à trois ou quatre mâts sont devenus monnaie courante et les navires européens ont commencé à embarquer depuis la sécurité de leurs ports pour défier les vents et les océans du monde.

Les mesures du roi Henri VIII d’Angleterre et de la reine Elizabeth I par rapport au cannabis

En 1533, pour satisfaire la demande croissante de cordes et de toiles à voile pour sa nouvelle marine, le roi Henri VIII décrète que tous les propriétaires fonciers mettent de côté un quart d’acre pour la culture du lin ou du cannabis (chanvre) pour chaque soixante acres de terre qu’ils cultivent en afin de fournir les fibres nécessaires.

Trente ans plus tard, en 1563, la reine Elizabeth I réintroduit la loi pour étendre sa marine et impose une amende de 5 £ à tout propriétaire éligible qui ne s’est pas conformé. Dès lors, la demande a augmenté et l’industrie du chanvre est devenue très importante pour l’économie de l’Angleterre. Dans les années 1600, la nécessité d’améliorer l’approvisionnement de cette matière première stratégique (le cannabis chanvre) a accéléré l’exploration européenne et la colonisation de l’Amérique.

La découverte de résidus de cannabis dans le jardin de William Shakespeare

Selon le « South African Journal of Science », les résultats d’analyses chimiques de résidus végétaux dans des « pipes à tabac » de Stratford-upon-Avon et des environs, datant du début du XVIIe siècle, les fourneaux et les tiges de pipe avaient été obtenus par Thackeray prêté par le Shakespeare Birthplace Trust à Stratford-upon-Avon. Plusieurs tuyaux avaient été extraits du jardin de William Shakespeare.

Les résultats de cette étude (y compris 24 fragments de pipe) ont indiqué du cannabis dans huit échantillons, de la nicotine (provenant de feuilles de tabac du type associé à Raleigh) dans au moins un échantillon et (dans deux échantillons) une preuve certaine de la cocaïne péruvienne. Thackeray (manuscrit non publié) suggère que Shakespeare préférait le cannabis comme stimulant qui avait des propriétés stimulantes pour l’esprit.

George Washington et Carl Linnaeus : un intérêt particulier pour l’utilisation médicinale du cannabis

Les entrées du journal de George Washington indiquent qu’il a fait pousser du chanvre à Mount Vernon, sa plantation, pendant environ 30 ans, de 1745 à 1775 environ. Selon ses livres de comptes agricoles, il avait un intérêt particulier pour l’utilisation médicinale du cannabis, et plusieurs de ses entrées de journal indiquent qu’il cultivait effectivement du cannabis à haute teneur en tétrahydrocannabinol (THC) la marijuana.

Carolus Linnaeus, (le père suédois de la botanique), également connu après son anoblissement sous le nom de Carl von Linné, était un botaniste, médecin et zoologiste suédois, qui a formalisé le système moderne de dénomination des organismes appelé nomenclature binomiale. Il est connu sous l’épithète de « père de la taxonomie moderne ». Carl Linnaeus a nommé « Cannabis Sativa » en 1753, le mot Sativa vient du mot latin pour « cultivé ».

Son système de nommage, de classement et de classification des organismes est encore largement utilisé aujourd’hui (avec de nombreux changements). Des générations de biologistes pendant et après sa propre vie ont été influencées par ses idées sur la classification. Il impressionna même ceux qui s’opposaient aux racines philosophiques et théologiques de son œuvre.

La découverte de nouvelles espèces de cannabis

Thomas Jefferson a fait pousser du chanvre, comme indiqué dans ses journaux agricoles de 1774 à 1824, mais il n’y a aucune preuve suggérant que Jefferson était un fumeur habituel de chanvre, de tabac ou de toute autre substance. Certains ont signalé une prétendue référence dans le Farm Book de Jefferson à la séparation des plants de chanvre mâles et femelles comme preuve qu’il le cultivait à des fins de fumage récréatif ; aucune référence de ce type n’existe dans le Farm Book de Jefferson ou dans tout autre document, bien que George Washington ait enregistré une telle chose dans son propre journal.

En 1783, une deuxième espèce de cannabis a été découverte par le naturaliste français Jean-Baptiste Lamarck. Lamarck a basé sa description de l’espèce nouvellement nommée sur des spécimens de plantes collectés en Inde. Il a déclaré que la plante de Cannabis Sativa trouvée en Europe est différente de la plante de Cannabis en Inde et a ajouté le nom Indica pour distinguer les deux.

L’utilisation du chanvre lors de l’envahissement de l’Égypte

De 1798 à 1801, Napoléon Bonaparte mena une campagne en Égypte ottomane et en Syrie ottomane, proclamant défendre les intérêts commerciaux français et affaiblir l’accès de la Grande-Bretagne à l’Inde britannique. Napoléon envahit l’Égypte avec des forces comprenant une équipe d’expédition scientifique. En plus de découvrir la pierre de Rosette, l’équipe rapporte du cannabis en France en 1799.

Les troupes françaises en Égypte ont noté que les habitants musulmans fumaient à la fois les “graines” de la plante de chanvre et préparaient une boisson à partir de chanvre. Le cannabis a été étudié pour ses effets analgésiques et sédatifs en Europe et est devenu plus largement accepté dans la médecine occidentale. Un certain nombre de préparations de cannabis associées à d’autres plantes psychoactives ont été enregistrées en Égypte, notamment du Bosa (Cannabis associé à de l’ivraie barbue) et un mélange à fumer pour narguilé associé à de la jusquiame.

Ré introduction du cannabis dans la médecine britannique

Le cannabis a été réintroduit dans la médecine britannique en 1842 par le Dr William O’Shaughnessy (1809-1889), un chirurgien militaire qui avait servi en Inde. À l’époque victorienne, le cannabis (chanvre) était largement utilisé pour une variété de maux, notamment les spasmes musculaires, les crampes menstruelles, les rhumatismes et les convulsions du tétanos, de la rage et de l’épilepsie.

Il était également utilisé pour favoriser les contractions utérines lors de l’accouchement et comme sédatif pour induire le sommeil. Il est dit qu’il a été utilisé par la reine Victoria contre les douleurs menstruelles : il n’y a aucune preuve réelle de cela, mais Sir Robert Russell, qui a pendant de nombreuses années a été son médecin personnel, a beaucoup écrit sur le cannabis, le recommandant pour les crampes menstruelles.

Il était administré par voie orale, non pas en fumant, mais généralement sous forme de teinture (un extrait dans l’alcool). Des extraits de cannabis ont également été incorporés dans de nombreux médicaments exclusifs. »

En 1839, le médecin irlandais WB O’Shaughnessy a mené les premiers essais cliniques de préparations à base de cannabis, en donnant des extraits et des teintures (de sa propre conception, basée sur des recettes indigènes) à certains de ses patients. O’Shaughnessy a présenté des études de cas concises de patients souffrant de rhumatismes, d’hydrophobie, de choléra et de tétanos, ainsi qu’un bébé de 40 jours souffrant de convulsions, qui a bien réagi à la thérapie au cannabis, passant de la mort imminente a « le plaisir santé” en quelques jours.

En 1842, le médecin irlandais WB O’Shaughnessy publie des recherches sur le cannabis dans des revues médicales anglaises. L’écriture d’O’Shaughnessy a fait sensation lorsqu’elle est devenue largement disponible en Angleterre. Il avait introduit un médicament miracle pour traiter certaines des conditions médicales les plus horribles du 19ème siècle. Des médecins à travers l’Europe et l’Amérique ont essayé le cannabis pour une grande variété de maladies. Comme l’a noté le Dr Lester Grinspoon dans “Marihuana Reconsidered (1971), entre 1839 et 1900, plus d’une centaine d’articles ont paru dans des revues scientifiques décrivant les propriétés médicinales de la plante.

L’ajout du cannabis à la pharmacopée américaine

La marijuana avait fait son entrée dans la pharmacopée des États-Unis (une autorité publique officielle d’établissement de normes pour tous les médicaments sur ordonnance et en vente libre), qui répertoriait la marijuana comme traitement pour de nombreuses affections, notamment : névralgie, tétanos, typhus, choléra, rage, dysenterie, alcoolisme, dépendance aux opiacés, charbon, lèpre, incontinence, goutte, troubles convulsifs, amygdalite, folie, saignements menstruels excessifs et saignements utérins, entre autres.

Des teintures de marijuana brevetées ont été vendues. Moins d’une décennie après la publication de ses découvertes par O’Shaughnessy, le cannabis a fait son entrée dans la 1851 (3e édition) de la pharmacopée américaine. La croissance de son utilisation et de sa popularité a été si rapide qu’elle a eu le comité de pharmacopée ne se réunissait pas qu’une fois tous les dix ans, il aurait très certainement été constitué avant cette date.

L’utilisation récréative de la marijuana aux États-Unis

Après la révolution mexicaine de 1910, des immigrants mexicains ont émigré aux États-Unis, introduisant la culture américaine à l’utilisation récréative de la marijuana. La drogue est associée aux immigrants, et la peur et les préjugés à l’égard des nouveaux arrivants hispanophones sont devenus associés à la marijuana.

Les militants antidrogues ont mis en garde contre l’empiètement de la « menace de la marijuana » et des crimes terribles ont été attribués à la marijuana et aux Mexicains qui l’utilisaient.

Le classement d’une autre souche majeure de la plante de cannabis par les botanistes russes

Le cannabis Ruderalis a été identifié scientifiquement pour la première fois en 1924 dans le sud de la Sibérie, bien qu’il pousse également à l’état sauvage dans d’autres régions de la Russie. Le botaniste russe, D.E. Janischevisky, étudiait le cannabis sauvage dans le système de la Volga et s’est rendu compte qu’il était tombé sur une troisième espèce. Le cannabis Ruderalis est une variété plus résistante cultivée dans le nord de l’Himalaya et dans les États du sud de l’ex-Union soviétique, caractérisée par une croissance plus clairsemée et « mauvaise ».

Le cannabis Ruderalis a une teneur en THC inférieure à celle du Cannabis Sativa ou du Cannabis Indica, il est donc rarement cultivé pour un usage récréatif et la taille plus courte du Cannabis Ruderalis limite son application pour la production de chanvre. Les variétés de cannabis Ruderalis sont riches en cannabnoide cannabidiol, elles sont donc cultivées par certains utilisateurs de marijuana médicale. Le cannabis ruderalis est traditionnellement utilisé dans la médecine populaire russe et mongole, en particulier pour le traitement de la dépression. Le cannabis ruderalis n’est pas utilisé comme drogue récréative en raison de sa faible teneur en THC.

La nomination de Harry J. Anslinger au poste de commissaire du Bureau fédéral des stupéfiants

Harry J. Anslinger nommé commissaire du Federal Bureau of Narcotics En 1930, le Congrès consolida les efforts de contrôle des drogues au sein du Federal Bureau of Narcotics, dirigé par le commissaire inépuisable Harry Jacob Anslinger, qui devint l’architecte de la prohibition nationale. Son cas reposait sur deux affirmations fantastiques : que la drogue causait la folie ; qu’il a poussé les gens vers des actes de criminalité horribles. La « loi fiscale sur la marijuana » entraîne une baisse des prescriptions de marijuana.

Promu par Harry Anslinger, commissaire du Bureau fédéral des stupéfiants récemment créé, la loi imposait des exigences d’enregistrement et de déclaration et une taxe sur les producteurs, les vendeurs et les acheteurs de marijuana. Bien que la loi n’interdise pas purement et simplement la marijuana, son effet est le même. (La Marihuana Tax Act était la première tentative du gouvernement fédéral de réglementer la marijuana.)

Films de propagande hollywoodiens et faits divers (1936-1950)

Les séries Reefer Madness racontent comment l’addiction de Reefer ruine la vie de ses jeunes protagonistes et fait tuer beaucoup d’autres personnes, les compromettre sexuellement et/ou les envoyer dans des asiles d’aliénés. Reefer Madness a commencé sa vie cinématographique comme un film d’avertissement de 1936 intitulé Tell Your Children. Il a été financé par un petit groupe religieux, destiné à effrayer tous les parents qui l’ont vu. Peu de temps après le tournage du film, cependant, il a été acheté par le célèbre maestro du film d’exploitation Dwain Esper, qui a pris la liberté de couper des inserts salaces et de gifler le titre plus sexy de Reefer Madness, avant de le distribuer sur le circuit d’exploitation.

“Le jour où la Marijuana Tax Stamp Act a été promulguée, le 2 octobre 1937, le FBI et la police de Denver, Colorado, ont fait une descente à l’hôtel Lexington et ont arrêté Samuel R. Caldwell, 58 ans, un ouvrier au chômage et Moses Baca, 26 ans. Le 5 octobre, Caldwell est entré dans les livres d’histoires en tant que premier vendeur de marijuana condamné en vertu de la loi fédérale américaine. Son client, Baca, a été reconnu coupable de possession. Caldwell a été condamné à quatre ans de travaux forcés au pénitencier de Leavenworth, plus une amende de 1 000 $. Baca a reçu 18 mois d’incarcération. Les deux hommes ont purgé chaque jour de leur peine.

Le cannabis depuis le début des années 2000

En 2008, une cachette de cannabis datant de 2 700 ans a été retrouvée dans la tombe d’un homme enterré dans le désert de Gobi. Les scientifiques ne savent pas si la marijuana a été cultivée à des fins plus spirituelles ou médicales, mais il est évident que l’homme a été enterré avec une grande quantité. En Uruguay, le président Jose Mujica a signé une loi pour légaliser le cannabis à des fins récréatives en décembre 2013, faisant de l’Uruguay le premier pays de l’ère moderne à légaliser le cannabis. En 2016, l’Australie à l’instar de plusieurs autres pays a pris la décision de légaliser le cannabis médical et sa culture à des fins médicales.

Les restrictions légales autour du cannabis n’empêchent pas sa consommation sur le territoire français, devenu depuis le premier pays fumeur de cannabis d’Europe. Aussi, la start-up biotech Overseed s’est vue décerner la première licence de recherche agronomique et génétique sur le cannabis en France.

Aux États-Unis, alors que la substance reste interdite au niveau fédéral, huit États américains sur 50 (Colorado, État de Washington, Oregon, Alaska, Californie, Maine, Massachusetts, Nevada) ont depuis 2012 légalisé la culture, la vente, la détention et la consommation de cannabis à des fins récréatives à partir de 21 ans. Washington DC a pour sa part approuvé la légalisation de la possession et de la culture de cannabis pour usage personnel, mais sans dispositions pour un marché régulé.

Par ailleurs, au Canada, l’offre des fournisseurs illégaux est en baisse et ne représente plus que 11% des transactions, alors que 70 % des personnes ayant consommé du cannabis en 2021 l’ont obtenu de façon légale. En octobre dernier, le Québec considérait déjà être à 50% de marché légal.